Spacewalk : 3 promenades spatiale

L’espace : quelle pensée romantique. Flotter dans l’espace. Le calme, le silence, la terre qui brille en dessous de toi et seule une petite couche de combinaison d’astronaute te sépare du vide mortel de l’espace. Quel cauchemar ! Même si j’adore l’espace, l’idée de flotter dans l’espace dans une combinaison spatiale me donne immédiatement la nausée. Car le spacewalk fait partie des tâches les plus dangereuses qui soient. Et quelques-unes d’entre elles ont bien sûr déjà failli être mortelles.

Avec sous-titres en français

Pourquoi fait-on des spacewalks dans l’espace ?

Pourquoi les astronautes doivent-ils en sortir ? Je veux dire, c’est déjà assez dur d’être assis dans une fusée en sachant que des tonnes d’explosifs sont en train de s’enflammer en dessous de moi. La Station spatiale internationale (ISS) est une station de recherche sur laquelle des expériences peuvent être menées en apesanteur.

Et certaines de ces expériences se déroulent à l’extérieur de la station. Par exemple pour mesurer les rayons cosmiques. En outre, le travail des astronautes ne consiste pas seulement à superviser des expériences, mais aussi à entretenir l’ISS.

Cela signifie que si quelque chose doit être réparé ou nettoyé, ils doivent le faire. C’est à eux de le faire, et à qui d’autre ?

Il y a eu plus de 450 Spacewalks jusqu’à présent et bien sûr, le tout premier a failli être fatal. Voici donc notre troisième place parmi les Spacewalks presque mortels.

1er rang Alexey Leonov

Weltraum Spacewalk Alexei Leonov

Alexey Leonov était un cosmonaute soviétique. Et un homme très spécial, car il a été le premier à effectuer un spacewalk. Il est évident que la première fois peut être un peu plus problématique. Mais il faut bien que quelqu’un fasse le premier pas.

Le 18 mars 1965, il s’est envolé dans l’espace. Objectif : se mettre en orbite autour de la Terre, puis sortir du vaisseau spatial et flotter librement dans l’espace. Relié uniquement par un câble de sécurité de cinq mètres de long.

Pour illustrer encore une fois que je n’exagère pas avec ooh dangereux, dangereux. Le vaisseau spatial équipé du tout nouveau sas a été brièvement testé 100 fois sans équipage. Au début, tout allait bien. Le vaisseau spatial atteint l’orbite terrestre. Un sas s’est déployé de manière fantastique. Mais ensuite, il y a malheureusement eu une petite erreur de radio et les fusées de freinage ont commencé à s’allumer.

L’engin s’est mis à tourner frénétiquement en orbite terrestre, puis le mode d’autodestruction s’est déclenché et l’engin a explosé dans l’espace. C’était stupide.

Et pourtant, un mois plus tard, Alexeï et son collègue sont partis dans l’espace avec un de ces vaisseaux. Bon, je veux dire, le sas a bien fonctionné. Parce que c’était le plus important.

Le décollage et le voyage dans l’espace se sont super bien déroulés et il était temps de sortir dans l’espace. Voilà à quoi ressemblait la photo du premier homme à avoir quitté une station spatiale. Jusque-là, il avait l’air très détendu. Leonov a écrit un jour dans un article sur sa petite aventure qu’il se sentait comme une mouette qui déploie ses ailes et plane très haut au-dessus de la Terre.

Doux comme une mouette ! Pendant 12 minutes, notre petit goéland soviétique a volé là-bas dans l’espace. Jusqu’à ce que quelque chose lui saute aux yeux. Ses mains n’étaient en quelque sorte plus correctement insérées dans son gant. Et ses pieds n’étaient plus vraiment dans ses chaussures non plus. C’est-à-dire plutôt à moitié dans le pantalon.

Sa combinaison avait commencé à se dilater. Ce qui est désagréable dans une pièce vide, c’est qu’elle est vide. Il n’y a rien là-haut. Il n’y a pas d’air autour de soi, c’est le vide. Et l’air n’est pas seulement pratique quand on veut respirer, mais l’air qui nous entoure exerce aussi une pression sur nous. La pression atmosphérique. Et lorsque celle-ci n’existe plus, les objets remplis d’air peuvent se dilater. Car elles ne sont plus comprimées de l’extérieur.

C’est exactement ce qui s’est passé dans le cas de Leonov, car sa combinaison spatiale était remplie d’air. Et cet air a commencé à comprimer sa combinaison spatiale à l’extérieur, dans le vide. Leonov a alors essayé de rejoindre le sas le plus rapidement possible. C’est là que le cauchemar devient vraiment difficile.

Il ne pouvait plus passer par le sas. Réaliser à ce moment-là : Ok, je suis dehors dans l’espace. Je ne peux rentrer chez moi sur Terre que si je passe par ce sas. Et je ne peux pas passer par ce sas. Et j’ai encore de l’oxygène pour environ 40 minutes, et je ne peux pas sortir de ma combinaison spatiale.

Oui, que doit-il faire ? Doit-il laisser sortir l’air de sa combinaison spatiale ? Oui c’est exactement ce qu’il a fait. La seule solution de Leonov était de laisser sortir de l’air de sa combinaison pour qu’il rapetisse à nouveau. C’est donc le seul air qu’il a là-haut pour respirer.

Il avait une petite valve sur sa combinaison et pouvait ainsi laisser échapper un peu d’air au fur et à mesure jusqu’à ce que la combinaison soit à nouveau assez petite pour retourner dans la capsule par le sas. Le cœur battant la chamade, il était en sueur, mais tout s’est bien passé et la mission a été accomplie.

Second rang: Eugene Cernan

Weltraum Spacewalk Eugene Cernan

Deuxième place de la marche spatiale presque mortelle. L’astronaute de la NASA Eugen devait être la troisième personne à faire une marche dans l’espace. Malheureusement, il a également traversé l’enfer.

Eugene Cernan était en fait inscrit comme candidat de remplacement pour cette mission. Les deux garçons, ici devant, étaient à l’origine sélectionnés pour cette mission Spacewalk. Mais malheureusement, ils se sont écrasés lors d’un accident de jet sur le chemin du centre d’entraînement des astronautes et n’ont pas survécu.

C’est donc Eugene Cernan et son collègue Tom Stafford qui sont devenus les nouveaux élus. D’ailleurs, sur chaque photo, Eugene a vraiment l’air d’avoir envie de faire ce travail. Mais peu importe ! En route pour l’espace ! La mission ne consistait pas pour Eugène à faire un petit tour dans l’espace, mais à s’arrimer à un satellite spatial et à tester, entre autres, un nouveau sac à dos spatial à propulsion par jet, l’AMU “Astronaut Maneuvering Unit”. L’AMU était un peu la version bêta d’Ironman.

Un sac à dos à tuyères avec lequel on devait pouvoir se déplacer librement dans l’espace. Malheureusement, ce sac à dos à tuyères était placé à l’extérieur du vaisseau spatial.

C’est pourquoi il était prévu qu’Eugène sorte du vaisseau spatial, se suspende aux poignées du vaisseau spatial pour enfiler le sac à dos à tuyères et effectue ensuite toutes les autres tâches à la manière d’Ironman. A l’origine, il était prévu de pouvoir flotter librement dans l’espace avec ce sac à dos à réaction. Mais la NASA s’est ensuite dit qu’il valait mieux attacher une corde de sécurité au sac à dos. Nous n’aurons bientôt plus d’astronautes.

Le 3 juin 1966, les deux hommes se sont envolés dans l’espace et la première manœuvre d’arrimage a été directement lancée lorsque les deux hommes ont regardé par la fenêtre. Car c’est à cela que devait ressembler le satellite et c’est à cela que ressemble la réalité dans l’espace. Le blanc ici devant devait en fait être détaché lors de l’entrée dans l’espace et Tom Stafford l’a également décrit de manière très mignonne “Cela ressemble à un alligator en colère qui tourne”.

Mais le spacewalk était bien sûr quand même au programme. Dans la capsule spatiale, l’air a été dépressurisé. L’écoutille au-dessus de leurs têtes a été ouverte et c’est là qu’Eugène a remarqué que la combinaison spatiale qu’il portait était dure comme de la pierre dans le vide. Chaque mouvement dans sa combinaison était incroyablement tenace. Il avait l’impression d’être enfermé dans une armure rouillée. Et sortir seul de la capsule spatiale pour faire ses premiers exercices de locomotion était tellement fatigant.

Eugène était déjà complètement épuisé, mais il a quand même essayé de contourner la capsule spatiale et de se rendre à cette fichue AMU. Il a réussi à atteindre l’AMU pour se rendre compte qu’il avait l’impression d’avoir couru trois marathons et qu’il lui était tout simplement impossible d’enfiler l’AMU.

Entre-temps, la capsule spatiale était arrivée sur la face nocturne de la Terre. Cela signifie qu’il faisait complètement noir et qu’il était tellement surchauffé que sa visière avant était complètement embuée. Il ne voyait donc plus rien du tout et commençait à paniquer, car il était complètement désorienté. Ce n’est qu’avec le bout de son nez qu’Eugène a réussi à dégager une petite zone de sa visière. Un cauchemar complet !

Dans la capsule spatiale, Stafford a lui aussi remarqué qu’Eugene était à bout de forces et qu’il n’était même pas encore dans ce truc d’Ironman. La question se posait même de savoir si Eugene parviendrait à regagner la capsule ou s’il devrait être abandonné dans l’espace. Stefan lui a donné l’ordre d’interrompre immédiatement la mission et, après deux heures de marche spatiale à travers l’enfer, Eugene a réussi à rentrer dans la capsule spatiale avec une surchauffe complète et des douleurs ultra fortes.

Après l’atterrissage, le personnel médical a constaté qu’Eugene avait transpiré plusieurs litres d’eau. Rien que dans ses space boots, il y avait un demi-litre d’eau à chaque fois. Et après son infernale marche dans l’espace, l’entraînement à la marche dans l’espace a été mené. Les astronautes doivent s’entraîner sous l’eau à toutes les procédures et à la locomotion. C’est mieux ainsi, avant que ta vie ne soit en jeu pour la première fois à 400 kilomètres au-dessus de la Terre.

3eme Rang: Luca Parmitano

Weltraum Spacewalk Luca Parmitano

Luca Parmitano a certainement survécu au scénario de mort le plus absurde jamais vu dans l’espace. En effet, il a failli se noyer lors d’un space walk. Luca était dehors avec son collègue Chris Cassidy pour, entre autres, poser quelques câbles sur la station, quand il a soudain remarqué qu’un liquide se déplaçait le long de sa tête.

Chris l’a regardé et a pensé au début c’était peut-être de la sueur mais il a remarqué que c’était beaucoup trop de liquide pour de la sueur. Les deux étaient connectés au contrôle de mission qui a rapidement réagi et a demandé : “Luca, tu as l’impression qu’il y a de plus en plus de liquide ?”. Et Luca : “Oui, il y a de plus en plus de liquide”.

Près d’un litre et demi de liquide est arrivé dans son casque et personne ne savait pourquoi. Luca ne peut évidemment pas passer ses mains à travers son casque pour essuyer l’eau de son nez et de ses yeux. Ce qui, en général, m’énerve déjà beaucoup lorsque je ne peux pas me gratter le nez pendant 8 heures. Mais dans ce cas, c’est un cauchemar complet. Il est peut-être clair qu’un litre et demi d’eau ne suffit pas à remplir le casque d’un astronaute, mais en apesanteur, c’est un peu différent.

Beaucoup de choses se comportent en effet de manière complètement différente en apesanteur qu’ici, sur Terre. C’est pourquoi on peut faire des expériences sur la station spatiale qui ne sont absolument pas possibles ici-bas. Et l’eau a une propriété que nous ne pouvons observer que de manière limitée sur Terre. Elle adhère en effet aux surfaces solides et y grimpe.

C’est ce qu’on appelle la force d’adhésion. C’est à cause de cette force d’adhérence que nous devons par exemple nous sécher les mains après les avoir lavées. Car l’eau est partout sur notre main. Si une goutte d’eau devient trop lourde, elle tombe en fait. Mais pas en apesanteur.

Chris Hadfield en a fait une belle démonstration dans cette vidéo, en essuyant une serviette mouillée sur la station spatiale. L’eau ne tombe pas simplement, mais se dépose partout sur ses mains et ses bras. Parce qu’elle est en apesanteur.

C’est exactement ce que fait l’eau quand elle arrive dans le casque de Luca, elle grimpe le long de son visage et il n’a aucune idée d’où elle vient ni même si elle pourrait s’arrêter. La première idée était que sa poche à eau, intégrée dans son casque, avait peut-être une fuite. Luca a donc bu toute la poche d’hydratation, mais l’eau continue de couler.

Dès lors, il était clair que la mission devait être interrompue immédiatement. Sinon, Luca se noie dans son propre casque. Le pire n’était pas seulement qu’il respirait moins bien, mais aussi qu’il ne voyait plus rien.

L’eau se trouvait sur ses yeux et réduisait complètement sa vision. Et l’ISS était entre-temps arrivée sur la face nocturne de la Terre. Il ne voyait donc plus rien et était complètement désorienté. Il essaie de retrouver de mémoire le chemin du sas. Il se déplace donc à l’aveuglette le long de la station spatiale en direction du sas. Arrivé dans le sas, le cauchemar n’est toujours pas terminé. En effet, il doit attendre dans sa combinaison dans le sas jusqu’à ce que la pression de l’air soit réajustée.

Pendant ce temps, tout son équipage se tient près du sas à l’intérieur de la station spatiale et attend de pouvoir enfin faire entrer Luca dans la station pour le libérer de cette combinaison. Et que peut faire Luca ? Rien du tout ! Il ne peut qu’attendre et retenir son souffle jusqu’à ce que la porte du sas s’ouvre enfin.

Ils le tirent dans la station et le libèrent in extremis de sa combinaison. Tout s’est bien passé, il a gardé son sang-froid, il a fait tout ce qu’il fallait. Commentaire de Lukas : “J’ai vécu ce que c’est d’être un poisson rouge dans un bocal à poissons rouges, du point de vue du poisson rouge”. Oui, on peut voir les choses ainsi.

Mais ce qui n’était toujours pas clair, c’est d’où venait toute cette eau ? La combinaison d’astronaute est composée de plusieurs couches destinées à protéger les astronautes de l’espace. Bien sûr, ces couches sont aussi extrêmement bien isolées, car il y a de très fortes différences de température à l’extérieur. Mais les êtres humains dégagent naturellement aussi de la chaleur. C’est pourquoi une couche de la combinaison de l’astronaute est dotée d’un système de refroidissement.

De nombreux petits tubes traversent le tissu et de l’eau y circule pour réguler la chaleur corporelle de l’astronaute. Ce n’était pas encore le cas d’Eugene Cernan, par exemple. Il n’en avait pas dans sa combinaison et c’est pour cela qu’il a tellement surchauffé, car la chaleur qu’il dégageait restait dans la combinaison. C’est précisément ce système de refroidissement qui a posé problème à Luca.

Une pompe du système de refroidissement s’était bouchée et l’eau s’était accumulée à cet endroit avant de passer d’une manière ou d’une autre dans le circuit d’air. Au lieu de l’air, c’est donc l’eau qui est passée par là. Si Luca n’était pas revenu à la station, cela aurait pu très mal finir. Mais se noyer dans l’espace aurait été en tout cas une mort très singulière.

Cela montre une fois de plus qu’en tant qu’astronaute, on doit vraiment s’attendre à tout. Parfois même avec des dangers aussi absurdes que la noyade dans l’espace. Les Space Walk sont toujours prêts à surprendre !

HISTORYMEDIA

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir